Comment on devient fou

Karim Sarroub racaille
Par Elsa Vigoureux, journaliste
Le Nouvel Obs,  N°2207, 18/01/2007

S’il est devenu fou de liberté, dressé contre les religions et « surtout l’islam », c’est sûrement à cause de ce jour où on l’installa sur la table de la salle à manger, pour le circoncire à vif. Mohamed a « 16 ans et des poussières », il habite à Skikda, ex-Philippeville, au «deuxième étage d’un immeuble made colonisation». Il aime son prénom, et aussi Mustapha, son copain de toujours, « homosexuel comme c’est pas permis ».

Mohamed aime moins cette Algérie, où il ne faut « critiquer ni l’islam ni l’Etat », où les « juifs, on les appelle des Kabyles. Et les Kabyles, des Algériens » ; cette Algérie qui l’envoie à l’asile pour la énième fois : «Je n’étais ni fou ni rien. J’étais un type qui revendiquait haut et fort sa légitimité et son originalité dans ce pays.»

Mohamed a un projet : «Rapatrier les harkis, les juifs et les pieds-noirs d’Algérie» (sauf un, Enrico Maçias.) Alors il fuit cette patrie « des gens qui s’entr’égorgent. »

Dans « Racaille », Karim Sarroub, Français d’origine algérienne né en 1969, promène Mohamed et Mustapha de Constantine à Marseille, en passant par Alger la Blanche. Ils croisent sur leur route un vieil homme, ancien combattant pour la France, dont la famille vient d’être tuée « à coups de pelle et de marteau puis brûlée avec du pétrole. » Moh, un enfant des cités de Lille, donc « beur » en Algérie, qui n’a trouvé sa place nulle part.

Voilà ce qu’il en pense, Mohamed : « En France, on vous appelle les musulmans. C’est scandaleux. C’est pire que «racaille». Vous nous faites franchement pitié. Si ce n’est pas ça le mépris, mon vieux, faudra me l’expliquer. »

Puis Mohamed embarque son rêve de France dans la cale d’un bateau. A Marseille, « que des regards froids et suspicieux ». Il est « l’individu » qui n’a pas de papiers. Direction le centre de rétention de Nancy. Deux mois de solitude, où Mohamed passe son temps à trier des kilos de pâtes alphabet. Cette fois, il est devenu fou. Mais en France, et privé de sa chère liberté.

 

Racaille est interdit en Algérie

La course d’un enfant d’Algérie, par Laurent Wolf
Racaille,
par Mustapha Harzoune
Voyage au bout de l’Algérie
, par Mohamed Aïssaoui
Les livres qu’on aurait voulu pouvoir écrire, par Hugo Marsan
L’ironie mordante d’un écrivain, par Youcef Zirem
Momo le maudit, Livre Hebdo

Karim Sarroub Racaille

Publicités

9 réponses à “Comment on devient fou

  1. Pingback: Les livres qu’on aurait voulu pouvoir écrire | Karim Sarroub

  2. Pingback: L’ironie mordante d’un écrivain | Karim Sarroub

  3. Pingback: Voyage au bout de l’Algérie | Karim Sarroub

  4. Nadia Boukadous

    Simple résumé, sommaire, voire indigent, du roman.
    Une médiocre chronique écrite avec la main gauche (ou les pieds si madame est gauchère.)

    Pourquoi l’article a-t-il été supprimé du site du Nouvel Obs ?

  5. Pingback: Racaille, par Mustapha Harzoune | Karim Sarroub

  6. Pingback: La course d’un enfant d’Algérie | Karim Sarroub – Site officiel

  7. Pingback: Momo le maudit | Karim Sarroub – Site officiel

  8. Pingback: Racaille | Karim Sarroub – Site officiel

  9. Pingback: Momo le maudit | Karim Sarroub

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s