Ce que Yasmina Khadra doit à Tahar Ouettar

Ce que Yasmina Khadra doit à Tahar Ouettar
Reçu, ce 10 avril 2010, de Jonathan Klein, professeur de littérature à Bakersfield, en Californie, ce message où il est question d’une autre affaire de plagiat, plagiat reconnu cette fois par Yasmina Khadra et inscrit sur le site d’une encyclopédie en ligne. Je le reproduis ici tel qu’il est (mais il ne faut pas le dire à Grégoire Leménager ) :

“bonjour Karim Sarroub

Yasmina Khadra avait déjà reconnu un plagiat.

Son livre a été retiré de la vente.

Yasmina Khadra a plagié des passages du livre “Al-Laz” (1974), de l’écrivain AL-TAHER WATTAR”

Jonathan Klein

“Al Laz” (1974), de Tahar Ouettar

yasmina khadra mythomane

Encyclopedia :

« Yasmina Khadra also published several early novels under his real name. Two, Houria and Amen ! (both 1984) were published in Algeria. He published three more novels under his real name, one in France—De l’autre coté de la ville (1988; The other side of the city)—and two in Algeria : La fille du pont (1985 ; The girl on the bridge) and Le privilège du phénix (1989; The privilege of the phoenix), Written during his youth, at age twenty, Le privilège du phénix was blocked because of the presence of a character in the novel named Llaz. He was accused of plagiarism and the novel was withdrawn. It was many years later and only after he made changes that this novel was finally published. Though Khadra refrained from mentioning the name of the writer who accused him of plagiarism, it was in all robability AL-TAHER WATTAR, author of the novel Al-Laz (1974). According to its author, Le privilège du phénix is a modest novel, « managed in an acceptable manner and partially completed » (Ghellal, 2004, p. 310.)

En français :

« Yasmina Khadra a aussi publié plusieurs romans sous son vrai nom. Deux, Houria et Amen ! (tous les deux en 1984) ont été publiés en Algérie. Il a publié trois autres romans sous son vrai nom, un en France (De l’autre coté de la ville (1988; The other side of the city) – et deux en Algérie : La fille du pont (1985 ; The girl on the bridge) etLe privilège du phénix (1989; The privilege of the phoenix.) Ecrit dans sa jeunesse, à l’âge de 20 ans, Le privilège du Phénix a vu sa parution bloquée à cause d’un personnage dans le roman nommé Llaz. Il a été accusé de plagiat et le roman a été retiré du commerce. Ce n’est que bien des années après, et seulement après qu’il eut effectué des changements, que le roman fut finalement publié. Bien que Khadra n’a jamais voulu dire qui était l’écrivain qui l’accusait de plagiat, il s’agit, selon toute probabilité, de AL Taher Wattar, auteur de Al Laz. Selon son auteur, Le privilège du Phénix est « un roman bâti de façon acceptable et partiellement achevé. » (Ghellal, 2004, p. 310.)


http://encyclopedia.jrank.org/articles/pages/5769/Khadra-Yasmina-Muhammad-Moulessehoul-1955.html



t
e
t
e

66 réponses à “Ce que Yasmina Khadra doit à Tahar Ouettar

  1. Pingback: Yasmina Khadra: QU’ATTENDENT LES SINGES, un récit pitoyable | Littérature et Anthropologie

  2. il doit bien y avoir un exemplaire ou deux de la PREMIERE version du Privilège du Phenix en Algérie, celle qui n’a pas été expurgée ?

    • la famille de tahar ouettar

      • commandant Moulessehoul

        +1
        ou son ancien éditeur
        mais le livre de tahar ouettar date de 74, et la première version du privilège du phenix avant son retrait des librairies de 86…

      • J’avais acheté un de ses romans (incapable de dire lequel au salon du livre de Montréal)
        Bon, quoi dire de plus? Je n’ai jamais décelé la moindre sincérité chez lui, dans ses écrits comme dans ses paroles.
        Autrement, je donne deux euros à celui ou celle qui m’aide à me procurer un exemplaire du Privilège du Phenix d’avant son retrait en librairie.
        @ Karim, chapeau pour votre libefrté de ton, justifiée.

  3. Pingback: Ce que Yasmina Khadra doit à Youcef Dris | Karim Sarroub – Le Monde.fr

  4. bon dieu de bonsoir

  5. yasmina khadra, le champion du plagiat toutes catégories confondues, doublé d’un menteur

  6. Pingback: L’incroyable incompétence de Grégoire Leménager, critique littéraire au Nouvel Obs | Karim Sarroub – Le Monde.fr

  7. Pingback: "Tout ce que Khadra m’a fait ne m’a rendu que plus fort", écrit Youced Dris à Jean-Jacques Reboux | Karim Sarroub

  8. bonjour, moi ce que j’ai remarqué dans certains romans,c’est le style de narration et le vocabulaire utilisé, qui ressemblent beaucoup a celui de Rachid Mimouni.

  9. J’ai découvert l’auteur dans les années 90 et j’ai pratiquement lu tous ses livres, depuis  » L’écrivain  » jusqu’à  » La dernière nuit du Raïs « . A part la trilogie Les sirènes de Baghdad, Les agneaux du Seigneur, Les hirondelles de Kaboul, tout le reste n’est que » khorti », au point où j’en suis arrivé à douter fort qu’il soit l’autre de ses livres. Passant d’un style recherché, il en est arrivé à insulter l’intelligence de ses lecteurs. Avec un vocabulaire argotique de polars de bas étage. L’attentat reste appréciable, quant à son dernier ouvrage, Dieu n’habite pas la Havane, il est en librairie, mais je ne l’acheterai pas. Ça serait de la perte d’argent et de temps.

  10. Pingback: Pillages & plagiats : Mémoire de Master Académique: Les amants de Padovani de Youcef Dris / Ce que le jour doit à la nuit, de Yasmina Khadra | Karim Sarroub

  11. Pingback: Mémoire de Master Académique: Les amants de Padovani de Youcef Dris / Ce que le jour doit à la nuit, de Yasmina Khadra | Karim Sarroub

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s